Entête de sotl
Saint Omer en Toutes Lettres

 

Patience, page en construction

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOS TALENTS

Saint-Omer en toutes lettres a le bonheur d'avoir, parmi ses membres des gens remarquables par leurs activités artistiques, créatrices ou associatives. Cette page leur est consacrée.
Yves CAROUGE
Yves est une figure emblématique de SOTL, il a en mémoire des dizaines de chansons que tout le monde a oublié, il a même inventé sa propre écriture musicale pour se rappeler les mélodies.

Complice de Marc Lemaire dans un spectacle de chansons coquines .... Lire la suite
Christine CHARPENTIER
Deux fossettes surmontées de bouclettes, une ronde bonn'femme que le vent du bord de mer a poussée doucement sur le chemin des contes.

Voici bientôt vingt printemps que Christine Charpentier... Lire la suite
Gerard COUSIN
Il fait partie du paysage culturel de Saint-Omer et pourtant il dirait : « chu deul foss’ 9 à Oignie ».

En effet Gérard Cousin est originaire des mines et n’est pas peu fier de sa cité et de sa fosse n°9 et 9bis d’où a été extraite la dernière gaillette du Nord Pas de Calais le 21 décembre 1990... Lire la suite
Marie DESMARETZ
Mametz :

«La poésie, c’est l’endroit où on peut le mieux exprimer sa sensibilité»

L’écriture a toujours été en elle. Marie Desmaretz a couché les mots sur le papier grâce à son second mari, Bernard Desmaretz, c’était en 2003...Lire la suite

FANCHON alias Françoise FLANDRIN
Sensibilité, sourire, discrétion et engagement. C'est ainsi que nous apparait Françoise Flandrin dit Fanchon.
Mais qui se cache derrière cette artiste qui vit un pied dans le marais de St Omer et l'autre dans une multitude d'activités ? .....lire la suite
Marc LEMAIRE
C'est notre président mais ce n'est ni le titre ni les honneurs qui le motivent. Il entreprend, il s'engage avec cœur, conviction, et fidélité. La vie associative est son moteur et l'amitié en est le carburant. Déroutant, un peu "vibrionnant" parfois, mais c’est normal, la tête bouillonne d’idées et se nourrit de son amour pour la langue française.... lire la suite
Jerry LIPKINS
Jerry, tu n'auras pas eu le temps de publier ici ton parcours artistique, tu nous as quittés par une chaude journée d'été, nous plongeant dans une profonde tristesse.
Tu as laissé une empreinte ineffaçable dans nos soirées associatives. Quelques notes, les sonorités de ton clavier, la voix d'Isabelle et l'émotion s'emparait de toute l'assemblée. C'est vers Isabelle, ta famille et tes proches que vont nos pensées en ces jours de peine.

J'ai eu le bonheur de participer à ton spectacle "Familly Tree" et je ne peux oublier ta douceur, ta sensibilité, ta modestie. Tu vas me manquer.
Bienheureux ceux qui là-haut pourront entendre ta musique.

Raymond
lire la suite

Patrick PIERRON
Patrick Pierron, alias Monsieur Audomare, ou Pépé pour les intimes, est né en 1959 dans un chou-fleur du marais audomarois ; plus exactement dans une ancienne brasserie du quai des Salines. Pas de bol… lire la suite

Page en construction

Pied de page

 

Yves CAROUGE
Yves est une figure emblématique de SOTL, il a en mémoire des dizaines de chansons que tout le monde a oublié, il a même inventé sa propre écriture musicale pour se rappeler les mélodies.

Complice de Marc Lemaire dans un spectacle de chansons coquines ils se connaissent, se charrient et s’apprécient depuis plus d’un demi-siècle. C’est donc Marc qui nous fait le portrait d’Yves Carouge.

" Demander à Yves de se présenter et, de plus, d'exposer ses talents et ses qualités, est mission impossible. C'est peine perdue : il vous enverrait sur les roses.Je vais donc tracer ce portrait en catimini, à son insu.

Il est né à Buire le Sec. "Et alors ?" me direz- vous.

"Et alors", c'est essentiel pour lui!! Là, de deux choses l'une. Ou vous citez Brassens "les Imbéciles heureux qui sont nés quelque part" ou vous convoquez Maxime Le forestier « je suis né quelque part, laissez-moi ce repère.... ». Si vous ne connaissez pas Buire le Sec, vous avez des sacrées lacunes .... à ses yeux.

Sous un abord parfois "rustique", nous dirons même "brut de décoffrage" (brut sans "e", s'il vous plait), se cache une vraie sensibilité de "midinette" ( midinette ne veut pas dire 12h pile).

Nous nous rencontrâmes en 1966 à l'ENP d'Armentières. C'est à partir de 1968, l'examen en poche, que nous nous connûmes mieux. Après des études communes à Paris, nous avons exercé le même métier, quelques années dans les mêmes cabinets. Yves avait, et a toujours, une très belle voix qu'il met au service de Félix Leclerc et Georges Brassens en premier lieu. Autre passion moins avouable de ce Janus vocal : les chansons "ordurières" des Plaisirs des Dieux ... il adore se vautrer dans ce répertoire glauque et peu ragoutant. Ses doigts qui pincèrent longtemps sa guitare sont des doigts d'or : il travaille le bois comme personne, il peint avec brio et minutie. Artisan et artiste à la fois. En résumé, un mec bien et fréquentable.

Nous avons des projets livresques ensemble. nous vous en parlerons plus tard"

Marc Lemaire




 

Christine CHARPENTIER

Deux fossettes surmontées de bouclettes, une ronde bonn’femme que le vent du bord de mer a poussée doucement sur le chemin des contes.

Voici bientôt vingt printemps que Christine Charpentier lit de bien belles choses qu’elle aime à partager ; elle compose ses spectacles comme autant de rencontres intenses et éphémères. Ses contes sont comme la marée : ils crient fort et ils caressent tendrement, ils sont vivifiants et ils surprennent, ils sentent bon et ils nous emportent. Ils sont toujours ce même retour vers les Choses de la vie …le temps, l’amour, le bonheur, les autres !

Découverte du métier de Conteuse sur "Grand Lille"

Invité de Tony Havart sur Radio Plus :
"Relevé de conteurs".

Spectacle "Ma maman à nous" à la médiathèque de Gravelines.

Immersion Polar à la Blibliothèque d'Agglomération de St Omer: "Qui a volé, a volé, a volé ?!".

Son site personnel

Christine Charpentier s'inspire de ses lectures, de ses rencontres et réinvente des histoires avec un pouvoir inné d'adaptation aux petits de trois ans jusqu'aux adultes les plus avertis. Mais pas seulement... elle chante, elle joue de l'orgue de barbarie, et elle sait s'entourer d'artistes toujours prêts à s'investir dans de nouveaux projets.

 

 

 

 

 

 

Gerard COUSIN
Il fait partie du paysage culturel de Saint-Omer et pourtant il dirait : « chu deul foss’ 9 à Oignie ».

En effet Gérard Cousin est originaire des mines et ne renie pas sa cité et sa fosse n°9 et 9bis d’où a été extraite la dernière gaillette du Nord Pas de Calais le 21 décembre 1990.

« En effet je suis originaire des mines, je dirais même plus : je suis fils de deux mineurs. Mon père, ouvrier du jour est décédé alors que j'étais très jeune et ma mère s'est remariée avec un mineur de fond d'origine polonaise qui est parti également assez tôt. »

La cité Declercq fait partie des cités minières inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

"Ce n'est qu'en 1978 que je suis arrivé à Saint-Omer car mon épouse est d'Arques."

Enfant des cités et des terrils, a priori, rien ne vous y destinait, comment êtes-vous venu à la poésie ?

Ce fut presque du hasard. Élève, assez potache, au Lycée de Carvin, j'avais proposé pour le journal du Lycée « Le Provisoire », une grosse plaisanterie. Le proviseur me convoqua pour "me passer un savon" et m'assura que je pouvais faire beaucoup mieux, écrire un poème, par exemple, ce fut ma première publication.

J'avais le virus, je ne cherchai pas d'antidote.

Quel fut alors, votre parcours ?

Après mes études, à l'Ecole Normale où je fréquentais le club poésie, je suis arrivé, pour mon premier poste à Calais. J'y ai rencontré Pierre Marchand, proviseur et auteur de « Courgain » et de « Le pêcheur imparfait », nous avons fondé ensemble
« Les cahiers poétiques du Calaisis ». Pierre me fit également rencontrer le grand poète Pierre Garnier qui m'encouragea. A la même époque, j'entrais dans le comité de rédaction de la revue « Horizons 21 ». Mon premier recueil « Fille du Nord » (c'est Véronique) parut début 78. Il lui fut décerné le diplôme du grand prix régional.

Et vint mon arrivée à Saint-Omer.

Nous avions, dans « Horizons 21 », publié Francis Denis et Régis Louchaert, ils étaient également à Saint-Omer et ensemble nous créâmes l'A.P.A.R.A ( Association des Poètes et Artistes Audomarois ) que j'eus le bonheur de présider.
Nous avons organisé des expositions et mis en place des spectacles de poésie vivante. Puis vint l'époque « Lieux d'Être », du nom de la revue que dirigeait mon ami Régis Louchaert et qui fut considérée comme l'une des plus belles et plus importantes revues poétiques francophones.
La revue est présente dans les médiathèques de Saint-Omer et d'Arques.
C'est notre équipe qui, certains l'ont peut-être oublié, a présenté les premières animations « Printemps des poètes » dans l'audomarois : expositions, invitations de poètes reconnus, ateliers d'écriture, spectacles... C'est aussi « Lieux d'Être », les audomarois s'en souviennent qui fit venir Michel Butor à Saint-Omer

Pendant deux décennies nous proposâmes des spectacles associant poésie et musique, lors de manifestations nationales ou locales :« Livre en fête » , « Ruralivres » , Biennales de la Poésie, Salons lecture-écriture, Printemps de Poètes, « Nuit des musées », Les fermes ouvertes, La clef des champs.
Nous avions atteint une notoriété certaine: je me souviens entre autres des 80 personnes venues nous écouter au « Cabaret » , de nos prestations lors des éditions du festival « Les regardeurs de lumière » à la cathédrale de Saint-Omer et du récital, du 31 mars 2005, au musée Sandelin où la grande salle et le palier étant pleins les gens investirent l'escalier d'honneur pour nous écouter.

Le dernier spectacle fut donné à la médiathèque d'Arques en 2016 pour conclure ma résidence d'écrivain.

C'est assez édifiant. Pour vous, si je le comprends bien, le poète n'est pas qu'un écrivain.

Contrairement, à la dynamique de certains pays, francophones ou pas ( je pense ici au Québec, à la Belgique et aux pays d'Europe orientale), la poésie reste chez nous assez confidentielle. Je pense, que l'école y est pour beaucoup, m'y attarder serait ici trop long. Les gens ne vont pas d'emblée, aller ouvrir un recueil. Il faut donc leur proposer l'écoute, et mettre « Des poèmes sur les murs » , c'est le titre qu'avait proposé « La Voix du Nord » à l'article consacré à une de mes expositions à la Bibliothèque de Saint-Omer où j'avais invité six plasticiens , dans les années 90.

Le volet création est aussi primordial.

Durant toute ma carrière d'enseignant, j'ai proposé des ateliers d'écriture, à mes élèves, certains ont gardé précieusement leur cahier de poésie. Je les pratique encore à la demande. Je me plais à me définir comme un factotum de la poésie, en quelque sorte un couteau suisse. En 2016, la commune d'Arques m' offrit d'être en résidence durant un mois. Le projet que je proposai comprenait des spectacles, expositions, ateliers d'écriture et un nouveau recueil. Tout fut réalisé. Ces animations ont valu à la ville le label « Ville en poésie » du Printemps des poètes.
Extraits sur youtube
Exposition à Arques en mars 2016: Il fait bon sur tes chemins.

Je me suis, également, impliqué au niveau régional :

  • pendant huit ans administrateur de la Maison de la Poésie Nord-Pas-de-Calais
  • membre du comité culturel régional
  • secrétaire du Conservatoire régional de Poésie

Enfin, Gérard Cousin, pouvez-vous me donner votre conception de la poésie?

Je n'ai pas vraiment de définition de la poésie. Elle doit être simple et ouverte. Je dirais tout simplement que quand il y a poésie on le ressent tout de suite, la poésie on doit la reconnaître.
Et je suis persuadé, comme René-Guy Cadou qu'elle est essentielle
« La poésie est inutile...comme la pluie »

Quelques textes entre 1978 et 2020 pour découvir l'auteur



Sur le chemin des poètes de Durcet en 2017

Ses recueils

  • Fille du Nord
  • Bleu de saule en saule livre d'artiste avec six plasticiens
  • Les tercets du pin livre d'artiste avec des aquarelles de Nicole Louchaert
  • Matinales illustration de Dominique Darras
  • Picorer les étoiles illustration de Nicole Louchaert
  • Une coccinelle au bout du doigt illustration de Jean-Michel Delambre du Canard Enchaîné
  • Par tes yeux, j'écris la mer avec la photographe Marie Ledez (fevrier 2020)
  • Participations à de nombreuses revues et anthologies
  •  

    contact : cousin.ge@wanadoo.fr

 

Marie DESMARETZ

Marie est née à Lille un 1er mai.
Enfance et adolescence près de Lille.

Autodidacte (tant en peinture qu'en poésie), elle a commencé à écrire toute jeune mais c'est seulement à partir de 1996, encouragée par son second mari, le poète Bernard Desmaretz aujourd'hui décédé qu’elle a envoyé ses textes à des revues : Libelle, Décharge, La Grappe, 7 à Dire, Comme en poésie, Friches, A l'index, Coup de soleil, etc ... (qui les ont acceptés)

Puis elle a été éditée en 2003. Son premier recueil s'intitule : "Équinoxe d'amour", aux éditions Airelles.

Parallèlement à son travail d'écriture, elle s'occupera avec Bernard de la Revue de poésie dont il est Directeur de la publication : « Rétro-Viseur ». Et par ce biais elle fera la connaissance de nombreux auteurs de talent.

D'autres passions l'animent, comme la photographie, le dessin, la peinture et la création de jardins.

 

Elle fait partie de l'Association pluri-culturelle « Le Cattleya » et de l'Association culturelle « Saint-Omer en toutes lettres »
Figure dans les reportages vidéo des 4 saisons de l'Audomarois
Elle fut invitée en 2018 à participer au Chemin des Poètes lors de l'édition du 33ème Printemps de DURCET (Orne)

 

 

Participe avec enthousiasme à des Salons du Livre (Esquelbecq, Ecques, Marquise, Hazebrouck), des rencontres littéraires en médiathèques et divers lieux culturels

  • Spectacle sucré à La Poule Bleue (en 2015)
  • Printemps des Poètes en les médiathèques d'Isbergues, d'Esquelbecq et de Moulle, ainsi qu'à l'école primaire d'Acquin-Westbécourt
  • Rencontres littéraires à la bibliothèque de la rue du Doyen d'Aire sur la Lys ainsi qu'au Marché de Noël d'Aire sur la Lys
  • Café littéraire au bar Jok'Aire (en 2018)
  • Spectacles poétiques avec l'association Le Cattleya
  • Lecture de poèmes au Kiosque du Jardin public de St-Omer, accompagnée à la guitare par Françoise Flandrin

Ses recueils :

  • Équinoxe d'amour, éd. Airelles, 2003,
  • Variations sur un jardin, éd. Encres vives, 2004,
  • Du soleil sur les marches, éd. Éditinter, 2004,
  • Noces quotidiennes, (en duo avec Bernard Desmaretz), éd. Airelles, 2004,
  • L'été sorcier, éd. Donner A Voir, 2007,
  • La citadelle effondrée suivie de La cinquième saison, éd. Le Petit Pavé, 2011,
  • Le temps nécessaire, éd. Airelles, 2012,
  • Mots et chemins, éd. Henry, 2012,
  • Fenêtre sur plumes (ouvrage collectif), éd. Le Petit Pavé, 2014,
  • Les lettres-poèmes de Marie, éd. Le Petit Pavé, 2017.

 

 

Ses participations à des anthologies :

  • Anthologie (tome 6) Visages de poésie de Jacques Basse, éd. Rafaël de Surtis, 2012,
  • Anthologie Histoire des jardins d'Isabelle Clauzel, 2013,
  • Anthologie de 64 poètes de la Revue Friches, 2013,Comme en Poésie n° 59 : Les poètes choisis par Dan Bouchery, 2014,
  • Anthologie Arbre(s), éd. Donner A Voir, 2016,
  • Participation à la Revue L'Estracelle de la Maison de la Poésie du Nord/Pas-de-Calais (n°2 d'avril 2016)
  • Anthologie L'ardeur, collection Quelques instants avec..., 2018,
  • Anthologie Jardins(s), éd. Donner A Voir, 2019,
  • Délits d'encre, éd. Le Petit Pavé, 2019,
  • Anthologie Les Poètes du semainier, de la Revue Mot à Maux, 2019.

 

 

 

 

 

 

Les récompenses :

Second prix de la ville de Molsheim en 2002
Prix de l'édition du Val-de-Seine en 2004
Prix de la ville de Calais en 2015
Mention spéciale au Concours de l'Ecritoire d'Estieugues 2019

Les futurs recueils

Planète nature (poésies pour enfants)
La phrase qui penche
Les verbes de ma vie
L'eau intense
Des jours simples
+ un ouvrage en collaboration avec le peintre audomarois Géry Trefois

Quatrain écrit pendant le confinement de mars 2020
Le montage ci-dessous a été réalisé par Géry Tréfois

Un quatrain d'espoir sur une photo de lumière !

Où on parle encore de Marie Desmaretz

Bernard Desmaretz sur Wikipedia




contact : desmaretz.marie@orange.fr

 

FANCHON alias Françoise FLANDRIN
Sensibilité, sourire, discrétion et engagement. C'est ainsi que nous apparait Françoise Flandrin dit Fanchon.
Mais qui se cache derrière cette artiste qui vit un pied dans le marais de St Omer et l'autre dans une multitude d'activités ?

Une habituée de la musique en groupe, avec des formations diverses et variées :

 

 

 

"Wassingue", "Voyage à 100 balles", "Graffiti chantant", "Les Swing’Homs" et, bien sur, "Les Ronds d'Flan" qui vont fêter leurs 20 ans de vie commune....
Du folk à la chanson française, revisitée ou non, elle met sa voix à l'honneur, avec quelques accompagnements à la guitare ou à l'alto...

 

 

 

Avec le groupe «Swing’Homs», elle chante a capella, la partie ténor de chants américains de style « Barber shop», en compagnie de ses 3 acolytes.

 

 

 

 

Côté théâtre, elle joue le rôle de Rosalie dans "Ces dames au chapeau vert" de G. Acremant puis celui de la Baronne Chaillon dans "Gai, marions-nous" du même auteur, avec la troupe "Les faubourgeois" de St Omer.

 

 

 

En lien avec le Conservatoire de musique de la CAPSO, et l'atelier lyrique de Mme Françoise Tison, professeur de chant, elle met en scène les opérettes "Une éducation manquée" de Emmanuel Chabrier et "Monsieur petit pois achète un château" de Germaine Taillefer.

 

 

Avec "Graffiti chantant" elle est co-scénariste du spectacle "A l'enterrement de nou Mononcle", qui fait revivre, avec humour et émotion, quelques ambiances de son marais natal.

« Ma mère disait: "Bien faire ... et laisser dire !"
Spinoza a dit (avant elle) : "Bien faire... et se tenir en joie !"
Et moi je dis... qu'ils avaient tous deux raison !
L’important est le plaisir que l’on partage »

 

 

Marc LEMAIRE
C'est notre président mais ce n'est ni le titre ni les honneurs qui le motivent. Il entreprend, il s'engage avec cœur, conviction, et fidélité. La vie associative est son moteur et l'amitié en est le carburant. Déroutant, un peu "vibrionnant" parfois, mais c’est normal, la tête bouillonne d’idées et se nourrit de son amour pour la langue française....

Parler de soi en quelques lignes est un exercice périlleux quand on a beaucoup vécu. Je n’évoquerai que ma vie associative, la limitant aux 40 dernières années. Dans les associations sportives et culturelles, outre l’amitié - carburant premier de ma vie - j’ai aimé créer des évènements, monter des projets si possible, innovants.

1980-1988. Une longue période au service d’Amnesty International (section 303 de St-Omer). J’en serai le secrétaire de 1986 à 1988 (le terme « président est exclus du langage d’Amnesty). Deux temps forts, la projection du film Missing et la rencontre avec Miguel Angel Estrella.

 

1988-2008. 20 années dans le groupe vocal les Baladins en deux périodes 1988-1999 et 2002-2008. J’en fus président de 1993 à 1999, puis de 2003 à 2008. Œuvrer auprès de Chantal Pennequin fut un plaisir. Enumérer le nombre de concerts durant ces 20 ans serait fastidieux. Les Baladins seuls ou avec d’autres chœurs, avec ou sans orchestre, parfois avec une chorégraphie (les concerts Bach +3). Le point d’orgue de ces deux décennies fut incontestablement le Requiem de Mozart en 1999 dans la Cathédrale Notre-Dame pour fêter les 800 ans de l’édifice religieux. Petite anecdote, en 2008, alors que Chantal et moi cessions, elle la direction et moi la présidence, les Baladins participèrent au film « la Chanteuse de Tango » auprès de Bruno Todeschini.

1995-2010. Secrétaire et vice-président de l’USSO. « Nul ne guérit de son enfance » affirme Ferrat. Mon enfance et mon adolescence furent imprégnées de deux sports, le tennis de table et le football, deux sports où je fus bon …. jusque 14 ans. Avec le pensionnat, dès l’âge de 13 ans, mon niveau perdit vite de son éclat. En 1995, Daniel Pecqueur me sollicite pour entrer au Comité Directeur de l’USSO. De 1997 à 2010 j’ai rédigé le journal du club l’US’ Info. En 1998, j’organise le salon « Ballon en Nord ». En 2005, je crée le Géofoot , tournoi interentreprises. En 2006 et 2008, je propose un week-end mariant sport et culture Art sport.

 

 

 

1995-2020…. Adhésion à Saint-Omer Challenge, club d’entreprises créé en 1992 par Daniel Pecqueur. La présidence change tous les deux ans. Je l’ai assumée de 2013 à 2015.

 

2014-2020…. Adhésion à Saint-Omer en Toutes Lettres, association créée par Florence Emptaz. Après plusieurs refus, j’assume la présidence depuis 2016. Pour doper les effectifs, j’ai marié poésie et chanson. Dès 2021, nous ferons en sorte de redonner au Printemps des Poètes et aux Feuilles d’Automne tout leur éclat. Mon rêve est de créer un café littéraire permanent ou temporaire. En 2021 ?

Pour l’heure nous sommes embarqués dans deux beaux projets :

  • les 10 et 11 octobre 2020 : festival du Livre et des Jeux
  • du 10 au 15 novembre 2020 : Centenaire de l’Immigration Polonaise

Voir la page actualité

2019-2020…. Secrétaire de l’OIS (Office Intercommunal des Sports) présidé par Gérard Cockenpot.

Et demain ?
A partir de décembre 2020, je vais réduire mon activité associative pour me consacrer à des projets d’écriture. Un ouvrage commun et humoristique avec mon ami Carouge, lui à l’illustration et moi à la rédaction…et d’autres choses légères. Si, bien sûr, le covid 19 m’épargne !

Marc Lemaire  

 

Evidemment, Marc n'a évoqué qu'une partie de ses activités. Voici quelques compléments :

  • Il est auteurs de nombreux textes et chansons (dont plusieurs ont été enregistrées), poésie, humour, coquinerie ....
  • Il tient une rubrique hebdomadaire dans l'indépendant sous le titre "la semaine d'ELEM": humeurs et humour se conjuguent avec bonheur.
  • Il a collaboré au récit de Marie Ange RUTAYISIRE "Pourquoi ai-je encore peur des chiens" qui retrace la vie de Marie Ange et celle de sa famille au Rwanda, notamment pendant le génocide de 1994

 

Marc "parrain" de Marie Ange et sur FR3 avec Marie Ange

 

 

 

 

Marc déchainé dans une soirée de SOTL

 

 

 

 

 

Jerry LIPKINS
Par sa fille Leslie:

"Mon père Jerry Lipkins nous a quitté le 31 Juillet 2020 de façon inattendue ...

Il y a 43 ans, le 31 Juillet 1977, alors âgé de 20 ans, il faisait son premier grand voyage... Il partait en Amérique à la rencontre de son père et de ses frères et sœurs américains. Un événement qui aura marqué sa vie et sa musique. Je crois au fait que cette fois encore son père l'accueillera les bras ouverts au-delà des mers ...

Sa belle histoire

Pianiste, Compositeur et Interprète, Jerry Lipkins est né le 18 février 1957 à Nancy (dépt 54) de mère française Yvonne Alain et de père afro-américain Jeremiah Jerry Lipkins.
Il commence à apprendre le piano à l’âge de 12 ans.
Après un an de cours avec Mme Vinquant, son premier professeur de piano, prenant conscience des privations de sa mère aux revenus modestes, il poursuit son apprentissage en autodidacte.
A 16 ans, il est déjà membre d ‘un premier groupe de lycée « Sunshine Band » et rejoint ensuite « Folie Douce » et « Profil » avec lesquels il répète et joue notamment dans le fameux club de rock de Toul / Pagney derrière Barrine : « Chez Paulette ».
En 1975, il joue dans les bals du samedi soir pour gagner sa vie et rembourser son piano numérique acheté par le chef d’orchestre Jean-Marie Jusnel . Il sillonne ainsi la région Nancéienne jusqu’en 1981

En parallèle, alors âgé de 21 ans, motivé pour rentrer dans une école de musique, il apprend d’oreille la 6ème sonate de Beethoven à partir d’un vinyle « passé » et « repassé » sur un vieux « tourne disque » Topaz.
Il décroche ainsi avec mention le concours d’entrée au Conservatoire de Nancy et intègre la classe d’orgue de M. Cortellezzi. Ses professeurs et les dirigeants du Conservatoire s’apercevront qu’il ne sait pas lire la musique...
Ne baissant pas les bras, il passe son temps entre l'école de géomètres et la Mjc Lillebonne de Nancy où il forme « Funky Ghetto » et « Sable chaud » avec Hans Kullock (ancien directeur du MAI Nancy) et le guitariste Jean Marie Viguier.

En 1977 il part à la rencontre de sa famille afro-américaine, il se fera reconnaître officiellement par son père et portera le nom de Lipkins.

En 1981, il devient le premier pianiste clavier du Charlélie Couture Band ainsi que le premier complice d’un duo avec Tom Novembre dans ses spectacles « Happy Birthday Music » et « Un Soir au Bout du monde » et dans ses albums “Toile Cirée“, “Version pour Doublage“, “Tout mou,tout dégonflé“, “L’insecte“...

Jerry se passionne également pour la composition et réalise de nombreuses bandes son, des musiques de courts métrages, des jingles pubs, des indicatifs d'émissions culturelles notamment pour FR3, RFI.

Il s’installe à Paris où il fait alors connaissance de Véronique Colucci ( épouse de Coluche). Il s’installe chez elle où il fera la connaissance d ‘un grand nombre de comédiens et musiciens célèbres …

Tout en continuant les tournées avec Charlélie Couture et l’enregistrement de ses albums, Il rencontre Wally Badarou à Compas Point Studio Bahamas où il y enregistre et co-produit artistiquement "Crocodile" – Island Records avec Charlélie.
Il signe également avec ce dernier “Honky Piano" de la Bande Originale du film Tchao Pantin.
Au Studio d’Hérouville qui deviendra le Studio Couleur d’Auvers sur Oise, il signe avec Tom Novembre des Musiques de films télé de Charlotte Dubreuil et Jean Curtelin.
Jerry s’installe alors à Auvers sur Oise où il y restera pendant 8 ans et y devient Session Musicians : Kingsnakes , J P Coutin , Martin Destree , Sapho, Jim Kerr.

Il écrit « Mr Guitar Man » pour Dee Dee Bridgewater, (écouter un extrait ici ) « Tropic Blues Bar » pour Patricia Kaas ( écouter ici ) et réalise l’ album de Martin Destre "Manolo"

En 1990 il rencontre Louis Bertignac et joue sur l'album des Visiteurs “Rocks“.

En 1993, il est le pianiste "d'un soir au bout du monde" de Tom Novembre et sillonne la France et les pays francophones en 90 représentations.

En 1999 Jerry rencontre la vague DJ : Alexkid, Sven Love , Catalan FC avec lesquels il réalise les vinyles « Soul College », «Black Belt Jones », « Manhattan baby », « Can’t you see the sunshine through the rain », « Just Keep Holding on », et « All about love » avec le chanteur américain Blaze.

1999 est aussi l’année de la vague de la Musique World. Il part alors en tournée européenne, africaine et américaine avec Amina.

 

 

En 2001, au cour d ‘un concert Womad il se fait remarquer par Trilok Gurtu qui le sollicite pour former un trio électro world avec, au chant, Sabine Kabongo de Zap Mama.
Ils partent en tournée mondiale jusqu’en 2004.
Voir la vidéo d'un concert ici

2005 : Traversée de l’Atlantique en voilier.

2008 : création de son collectif “Siblings“ : Scène Bastille, Sunset, Quai Son Nancy…
Ensuite, Jerry aura partagé son temps entre Paris, les Etats-Unis, l’Europe et sa région natale « la Lorraine » où il jouera régulièrement avec son collectif “Siblings“ ainsi qu’avec le collectif “Letzeleo“ qui joue et chante Léo Ferré.

Il signe également le Générique et les Teasers de la série policière Main Courante diffusée sur France 2 à partir du 16 novembre 2012.
Il retrouve ses vieux potes musiciens Jean Marie Viguier, Fred Vinquant, Pili Tempo et Raph Schuller sur la tournée française de Suzanna Choffel.
Dernièrement il avait également retrouvé Wally Badarou sur scène et devait rejouer avec Charlelie en Mars.

Jerry s'était marié en 1980 avec Patricia Lipkins, ils ont partagé près de 20 ans de vie commune et sont toujours restés très proches.
Ils ont eu une fille unique, Leslie Lipkins, comédienne.
Depuis 2016 il partageait sa vie avec sa compagne Isabelle Pruvost entre Paris et St Omer.


Jerry restera à jamais dans nos cœurs, nos esprits et dans toutes les notes de musique"


Ses proches : Patricia, Isa, Leslie, Tom
et Charlelie

 

 

Patrick PIERRON
Patrick Pierron, alias Monsieur Audomare, ou Pépé pour les intimes, est né en 1959 dans un chou-fleur du marais audomarois ; plus exactement dans une ancienne brasserie du quai des Salines. Pas de bol… sa madeleine de Proust à lui, ses premiers souvenirs olfactifs, il les puise dans les vapeurs de houblon et des eaux du canal réunis.

Sa première grande scène : le concours de chant de la ville de Longuenesse à l’âge de 9 ans. Il termine le concours huitième… sur huit et reçoit comme cadeau… un beau cyclamen. On ne peut donc pas dire que chez lui la vocation théâtrale ait pris naissance dès ses plus tendres années. Mais, à partir de l’adolescence jusqu’à nos jours la scène ne l’a plus quitté.

 

Aujourd’hui, il chante avec les Ronds d’Flan des chansons naturelles et pas tristes…. 20 ans que ça dure avec ses complices de toujours : Fanchon, Bibi, Chris, François et Jeff.

 

 

Il anime des ateliers de théâtre dans les écoles, les bibliothèques, pour des jeunes en réinsertion et pour des adultes. Des ateliers essentiellement centrés sur l’expression de soi et l’improvisation.

 

Avec Maryvonne, ils ont ouvert dans les granges de leur fermette un petit théâtre associatif, le théâtre de poche de la Poule Bleue. Un lieu de rencontre ouvert au théâtre à la musique et au jeu.

Sur scène, ce qui l’intéresse c’est d’explorer tous les possibles et de vivre de belles rencontres : Dans son dernier spectacle, Monsieur Audomare est un camelot surréaliste et déjanté. Mais à la demande il devient crieur public, clown Vigipirate ou encore carotte de Tilques.

 

Avec Christine et Raymond, ses nouveaux complices, il propose un spectacle comico-philosophique pour enfants « La petite ferme dans la prairie ».

 

 

Contact sur le site Monsieur audomare

Autres activités dans le cadre de missions caritatives Patrick et Maryvonne anciens enseignants interviennent dans des écoles d’Afrique pour une aide pédagogique et matérielle.

 

 

Menu SOTL